Actualité >

JO 2024 : 58 M€ pour les études préalables aux futurs chantiers d'infrastructure

Lors de l'examen du budget Sport pour 2018, les députés ont adopté un amendement défendu par la ministre des Sports Laura Flessel qui crée un programme budgétaire ad hoc "Jeux olympiques et paralympiques 2024" destiné à "porter les financements en provenance de l'État en vue de la préparation de la compétition, d'un montant d'un milliard d'euros sur la période"."Cette ligne permettra de suivre chaque année les dépenses de l'État pour les jeux Olympiques", a souligné la rapporteure Perrine Goulet (LREM).

Pour 2018, ce programme est de 58 millions d'euros en autorisations d'engagement (et 48 millions d'euros en crédits de paiement) afin de pouvoir réaliser "des études préalables aux futurs chantiers d'infrastructures de la société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo)".

Le dossier de candidature prévoit notamment la construction d'une piscine olympique pour les épreuves de natation et les villages des athlètes et des médias, qui auront vocation à être transformés en logements, ainsi que d'une salle de 8 000 places.

En dépit des réticences de Mme Flessel, les députés ont également demandé à l'unanimité au gouvernement de produire chaque année, en annexe du budget, un rapport sur les dépenses publiques engagées pour les JO.

"Le coût de l'organisation des JO a souvent été sous-estimé, comme le montrent les exemples de Pékin, Londres ou Rio. Même si les risques d'un dépassement sont limités en raison des caractéristiques du projet de Paris 2024, il paraît indispensable que les parlementaires disposent chaque année d'une vision précise de l'ensemble des dépenses publiques engagées", souligne dans cet amendement Perrine Goulet au nom de la commission des Finances.

"La notion de dépenses publique est à prendre dans son sens le plus large, incluant crédits budgétaires, dépenses des collectivités et des établissements publics, ainsi que les dépenses fiscales", précise le texte.

Le budget d'investissement pour les JO 2024 est estimé à 3,3 milliards d'euros, alimenté pour moitié par de l'argent public (1 milliard d'euros de l'État et 500 millions des collectivités territoriales).


Sources : LEMONITEUR.fr



Moteur de Recherche