Actualité > ACTUALITÉ NATIONALE >

La France est prête à étudier l'ouverture des paris sportifs en ligne

Contentieux durable entre Paris et Bruxelles, la question du monopole dans le secteur du pari sportif pourrait être en voie de résolution. Le ministre du budget, Eric Woerth, a indiqué, lundi 24 septembre, que le gouvernement n'était "pas hostile à une ouverture du jeu sur Internet", à condition que celle-ci soit "maîtrisée". Il a toutefois refusé d'accepter que "n'importe quel opérateur" entre dans ce secteur, mettant en avant des "raisons d'addiction, d'ordre public et d'ordre social".

"A partir de là, on peut discuter de façon exploratoire avec la Commission", a-t-il assuré, ajoutant qu'il se rendra, début octobre, à Bruxelles pour s'entretenir avec le commissaire européen chargé du dossier, Charlie McCreevy. En juin, la Commission européenne avait donné à la France jusqu'au 29 octobre pour se mettre en conformité avec la législation européenne dans ce domaine, lui demandant notamment de "lever les obstacles à la prestation de services de paris sportifs". En cas de refus, elle a menacé de traîner Paris devant la Cour de justice européenne.

Mais M. Woerth a mis en garde contre toute précipitation, indiquant que "dans les pays d'Europe où ils ont ouvert d'une façon un peu rapide [le secteur des paris en ligne], cette économie s'est effondrée". "S'il y a monopole de l'Etat, c'est qu'il y a des raisons liées à la déontologie", a-t-il encore fait valoir, évoquant le risque de blanchiment d'argent et d'activités criminelles autour du pari en ligne.

Source : Le monde.fr 24.09.07



Moteur de Recherche