Actualité >

Le CNOSF prend position sur l'ouverture du marché français des jeux et paris sportifs en ligne.

Le 22/10/2008

Interview du Président Henri Sérandour sur la question de la prochaine ouverture du marché français des jeux et paris sportifs en ligne. Le mouvement sportif se mobilise pour être écouté

L'ouverture prochaine du marché français des jeux et paris sportifs en ligne semble inquiéter le mouvement sportif ? Qu'en-est-il ?
En effet, le débat est ouvert depuis quelques mois déjà au sein du CNOSF. Nos premières inquiétudes sont liées à la préservation de l'éthique et l'équité dans le sport. Cette préoccupation est légitime et fondamentale. L'activité des paris sportifs représente un danger pour le sport si elle n'est pas réglementée.
Le mouvement sportif est le premier concerné par la lutte contre les fléaux que constituent les paris truqués, le jeu illégal et le blanchiment d'argent. Ces derniers sont en effet susceptibles d'amoindrir ou de supprimer l'intérêt pour le sport des spectateurs et des téléspectateurs, et donc des médias et des partenaires économiques. C'est donc la survie même des compétitions qui est en jeu.

C'est pour cela que nous veillerons également à aborder toutes les questions liées au type d'évènements faisant l'objet de paris sportifs, ainsi qu'aux techniques de paris. Tous ne portent pas sur le résultat, bien au contraire. Certains sont liés à des affaires institutionnelles ou politiques liées au sport, à la nomination d'un entraîneur par exemple. Toutes ces questions doivent être débattues… Le mouvement sportif doit protéger les compétitions organisées par les fédérations, garantes de l'éthique et de l'équité dans le sport.

Quel retour financier le mouvement sportif souhaite-t-il obtenir ?
Un retour équitable et légitime pour le sport. Au nom du principe de solidarité et de mutualisation entre les pratiques sportives, le mouvement sportif doit obtenir un retour financier sur les sommes misées sur les jeux de hasard en général et les jeux et paris sportifs en particulier.
A cet effet, nous proposons notamment qu'un taux de 2,5% soit appliqué sur cette assiette et que les sommes prélevées par le biais de cette taxation permettent un financement équitable des activités sportives développées par nos fédérations. Il est en effet nécessaire de permettre aux fédérations de dégager de nouvelles ressources afin qu'elles assurent leur mission d'intérêt général et de service public.

Quels sont le rôle et les missions du comité d'action mis en place au sein du CNOSF ?
Il devient essentiel et urgent de défendre les intérêts du mouvement sportif sur cette question. C'est le rôle du CNOSF de représenter, notamment auprès de l'Etat, les fédérations membres. Il s'agit simplement de faire entendre la voix du mouvement sportif dans un contexte politico-économique complexe. En mettant en place ce comité d'action, le CNOSF veut Prendre part au débat qui le concerne, faire entendre son point de vue et défendre la position des fédérations.

Quelle sont vos priorités aujourd'hui ?
Nous en avons deux : la première concerne la future autorité de régulation de ce marché. Le CNOSF doit y être impérativement représenté. La seconde concerne la consolidation du droit exclusif d'exploitation détenu par les organisateurs sur leurs événements sportif. Celle-ci doit être explicitement garantie par la loi en matière de paris sportifs. C'est notre principale préoccupation à ce jour.

Quelles actions ont été engagées par le Comité ?
Nous avons rédigé une note au Ministre du budget Eric Woerth, afin de lui exposer tous les points sur les quels le mouvement sportif souhaite apporter sa contribution et agir. Les questions sont nombreuses, mais certaines sont plus urgentes que d'autres. De plus, nous sollicitons un entretien avec lui avant sa conférence de presse prévue le 31 octobre prochain, à l'occasion de l'Open de tennis de Paris Bercy. Nous souhaitons collaborer au mieux avec lui, ainsi qu'avec le Ministère en charge des sports, pour que cette ouverture ne lèse pas le sport, et son développement.

Êtes-vous confiant ?
Nous sommes mobilisés, et attentifs à l'évolution de ce dossier au niveau européen. Nous avons noté les conclusions rendues par l'avocat général dans l'affaire opposant la ligue portugaise de football professionnel à un opérateur en situation monopolistique. Naturellement, nous suivrons avec le plus grand intérêt l'évolution de la jurisprudence de la Cour de Justice des Communautés Européennes en matière de jeux et paris sportifs

Si vous résumiez votre démarche en quelques mots…
Nous voulons, par notre démarche, rappeler à tous les décideurs politiques ainsi qu'aux acteurs économiques en place le rôle incontournable du mouvement sportif dans les négociations en cours.

Source : CNOSF



Moteur de Recherche