Actualité >

La Coupe du monde de foot dope les paris sur Internet

Le 24/06/2010

Une semaine après l'ouverture des jeux d'argent sur Internet, les sites homologués sont satisfaits. Depuis le début de la Coupe du monde de football, La Française des jeux (FDJ) a doublé son activité de paris sportifs sur Internet. «On a doublé le nombre de mises, de joueurs et le chiffre d'affaires», précise un porte-parole . L'an dernier, les mises des paris sportifs avaient représenté 783 millions d'euros à la FDJ, dont 43 millions sur Internet. Depuis le début du Mondial, elles avoisinent les 30 millions d'euros, confortant les ambitions du groupe de réaliser 100 millions d'euros pendant la compétition, dont 10 % en ligne.

Les nouveaux acteurs se réjouissent aussi. «C'est un début très encourageant, assure-t-on au PMU. Chaque jour, nous avons plus de parieurs.» «Comme l'exige la nouvelle législation, nous avons remis les compteurs des joueurs français à zéro, ce qui nous a naturellement fait perdre des clients dans un premier temps, témoigne de son côté Antonio Costanzo, porte-parole de l'autrichien Bwin. L'activité en France est supérieure à nos attentes, mais elle est encore inférieure à la moyenne européenne. » D'abord parce que les paris autorisés sont plus restreints et ensuite parce que le niveau de fiscalité limite l'intérêt de certaines cotes, incitant les joueurs à parier sur des sites à l'étranger.


Couacs au démarrage

L'ouverture du marché avait connu quelques couacs au démarrage, certains sites agréés proposant des paris sur des compétitions non autorisées. «Nous avons écrit à huit sites pour les rappeler à l'ordre, notamment sur le respect du droit d'exploitation des fédérations sportives, déclare Jean-François Vilotte, président de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel). Nous avons également constaté que certaines mentions obligatoires de modération de jeu n'apparaissaient pas de façon systématique ou que les conditions d'ouverture de comptes joueurs devaient être vérifiées.»

La chasse aux sites illégaux a commencé. «La douane a signalé au parquet plus de dix dossiers de sites illégaux», a déclaré François Baroin, ministre du Budget. «L'Arjel a par ailleurs mis en demeure pour activité illégale trois sites de jeux britannique et maltais leur demandant de fermer, confie Jean-François Vilotte au Figaro. S'ils ne s'exécutent pas, le collège saisira le tribunal de grande instance de Paris.»

À ce jour, 8 sites ont obtenu un agrément pour des paris sportifs dans 15 disciplines, alors qu'il existe des milliers de sites illégaux. «Nous avons eu des contacts informels avec beaucoup de sites illégaux qui ont depuis fermé», assure Jean-François Vilotte. D'ici à fin juin, l'Arjel autorisera d'autres sites et devrait ajouter à la liste des sports autorisés une douzaine de disciplines, dont l'escrime, la natation, le badminton et la pelote basque.


Source : www.lefigaro.fr



Moteur de Recherche