Actualité >

Dopage: l'AFLD n'arrive pas à contrôler tous les sportifs devant être ciblés

Le 23/09/2010

PARIS — L'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) a souligné jeudi qu'elle n'avait pas les moyens de contrôler les quelques 450 sportifs français de haut niveau qui doivent être soumis régulièrement à des tests hors compétition comme l'exige l'Agence mondiale antidopage (AMA).

L'AFLD, comme toute agence nationale antidopage et les fédérations sportives, est tenue de contrôler au moins quatre fois par an de manière inopinée des sportifs appartenant à son groupe cible - soit parce qu'ils font partie de l'élite, soit parce qu'il y a des raisons de les soupçonner de dopage.

"Mais on a beaucoup de mal à en faire au moins un - pour chacun -, pour des raisons de coût et de disponibilité des préleveurs", a déclaré Pierre Bordry lors d'une conférence de presse. Selon lui, "l'investissement est trop lourd".

"Je pense que dans les années à venir, nous aurons beaucoup de difficultés à trouver tous les (sportifs) ciblés régulièrement comme le souhaite l'Agence mondiale antidopage", a-t-il estimé, soulignant que dans ce domaine, "la France risque d'être en retard pour des questions financières."

Depuis la mise en place de cette politique par l'AMA en janvier 2009, les sportifs ciblés doivent, eux, communiquer leur agenda quotidien des trois mois suivants, en spécifiant une heure par jour et le lieu où ils peuvent être trouvés afin de faciliter leur localisation.

Un premier sportif français - dont le nom n'a pas été révélé - a été sanctionné d'un an de suspension pour manquement à ses obligations, après avoir omis par trois fois dans un délai de 18 mois de donner les informations permettant de le localiser.

AFLD


Source : AFP



Moteur de Recherche