Actualité >

"Comment inciter le plus grand nombre à pratiquer un sport ou une activité physique ?"

Le 21/04/2011

Avec un taux de pratique sportive au moins hebdomadaire de 48 % chez les adolescents et les adultes, la France se situe dans la moyenne européenne. Malgré une large démocratisation depuis plus d'un siècle, le sport reste soumis à de nombreux discriminants comme le revenu, le diplôme, l'âge, le genre et le territoire. S'il est avant tout récréatif et le fruit de choix individuels, il n'en constitue pas moins un enjeu collectif, au même titre que l'activité physique qui englobe des formes d'exercice comme les déplacements quotidiens, le travail domestique, voire certains aspects de l'activité professionnelle.

Aussi font-ils tous deux, aujourd'hui, l'objet d'une attention croissante des acteurs publics (ministère des Sports, collectivités locales, Union européenne) comme privés (fédérations, clubs, entreprises). Le sport et l'activité physique semblent toutefois devoir répondre à des attentes toujours plus exigeantes, qui peuvent apparaître parfois paradoxales. Indépendamment du plaisir qu'ils procurent, ils sont censés contribuer au lien social, prévenir le développement de certaines pathologies et oeuvrer à l'amélioration du bien-être des individus, y compris dans le monde du travail. Leurs vertus peuvent être idéalisées, au point que certains évoquent le risque d'une instrumentalisation.

L'offre sportive, en France, est-elle adaptée à la pratique de masse non compétitive ? Quelles sont les incitations les plus efficaces à la pratique, par tous, d'un sport ou d'une activité physique ? Faut-il influer sur la demande et, si oui, comment ? Quels sont les types d'acteurs qui doivent agir et dans quelle mesure, afin de concilier objectifs de politique publique et respect des préférences individuelles ?

Consultez l'intégralité de la note d'analyse


Source : www.localtis.info , www.strategie.gouv.fr, webmaster@infosport.org



Moteur de Recherche