Actualité >

Denis Masseglia à Saint-Omer : « nous sommes prêts et mobilisés »

Le 17/10/2012

Le 11 octobre 2012, la cité nordiste de Saint-Omer a accueilli Communica Sport, les 12es Rencontres Nationales du Sport et des Collectivités, dans le cadre du colloque. Présent sur place, au même titre que de nombreux représentants des collectivités territoriales, mais aussi de Lise Legrand, marraine officielle de l'édition 2012, Denis Masseglia y a pris la parole. Il évoque pour nous cette intervention…

Lors de votre intervention, vous avez dressé un premier bilan de votre présidence, mais aussi évoqué l'avenir, en particulier de la relation du mouvement sportif avec l'Etat, pouvez-vous revenir sur ce dernier point ?

Effectivement. L'objet était de faire un rapide point sur mon mandat, commencé le 19 mai 2009 et qui s'achèvera le 23 mai 2013 puis d'évoquer des perspectives. Après avoir précisé le rôle et les missions du CNOSF et son organisation, j'ai rappelé, notamment, que l'on avait mis à profit la campagne de l'élection à la présidence de la République en établissant une plateforme contenant 12 propositions. Nous avions demandé à chacun des candidats de nous répondre, point par point. Les principaux candidats l'ont fait.
Le candidat François Hollande, devenu depuis Président de la République, nous a répondu de manière très précise. Ainsi, voici sa réponse à la proposition 11 que nous avions formulée, à savoir confier davantage de responsabilités au mouvement sportif français et créer un véritable partenariat entre l'Etat et le CNOSF au moyen d'un contrat pluriannuel :
« Le CNOSF aspire à plus de responsabilités et sa demande est légitime. J'aurai à cœur que soit installée une relation équilibrée et de confiance entre l'Etat et le mouvement sportif. Le CNOSF doit prendre sans attendre plus de responsabilités dans le sport de haut niveau, les relations internationales, les candidatures aux grandes manifestations et les aides du CNDS à ses comités régionaux et départementaux. L'ensemble des missions ainsi confiées au CNOSF fera l'objet d'une contractualisation précise dans un cadre pluriannuel »
Il a confirmé ces propos lors de sa visite à Londres, durant les JO, visite par ailleurs très appréciée de tous et à laquelle nous avons été très sensibles. Lors de son intervention prononcée au Club France, le Président a tenu à souligner le rôle majeur que devrait tenir le mouvement sportif en cas d'une éventuelle candidature olympique.
Vous évoquez la question d'une candidature olympique... à l'occasion de ce colloque, avez-vous fait des propositions en ce sens ?
Pas au sujet d'une éventuelle candidature Olympique, car nous sommes dans l'attente du rapport sur les candidatures passées de la France effectué par le cabinet Keneo. En revanche, je me suis exprimé sur le souhait, l'envie et la détermination du CNOSF d'être pilote des secteurs relatifs au sport de haut niveau et aux relations internationales du sport français.
J'ai précisé que nous souhaitions piloter en rassemblant les énergies et l'ensemble des acteurs concernés et que nous avions pour cela en notre sein deux personnes dont la compétence et les références pour le faire étaient incontestables.
Pour ce qui est du sport de haut niveau : Jean-Luc Rougé, président de la Fédération française de judo, revenue avec 7 médailles de Londres, secrétaire général de la Fédération internationale, ancien DTN et premier champion du monde français de judo.
Pour les relations internationales : Bernard Lapasset qui est président de la Fédération internationale de rugby (IRB), ancien président de la Fédération française de rugby, qui a fait entrer ce sport aux JO et parle trois langues.

Tout en réaffirmant une volonté exprimée dans la plateforme pour l'élection présidentielle, j'ai indiqué que nous étions prêts et mobilisés et j'ai proposé deux personnalités du mouvement sportif reconnues par tous pour ce faire.


Source : franceolympique.com



Moteur de Recherche