Actualité >

Un nouveau président pour le CIO, la lutte reste olympique et Tokyo ville olympique en 2020

Le 12/09/2013


L'Allemand Thomas Bach est devenu aujourd'hui le neuvième président du Comité International Olympique (CIO).
Il s'est imposé face aux autres candidats à la présidence, à savoir Sergey Bubka (Ukraine), Richard Carrión (Porto Rico), Ser Miang Ng (Singapour), Denis Oswald (Suisse) et Ching-Kuo Wu (Chinese Taipei).

Il a confié après son élection: "Je souhaiterais tout d'abord remercier du fond de mon cœur tous mes amis et collègues qui ont voté pour moi ce matin. C'est pour moi une preuve incontestable de votre confiance. Je tiens également à remercier les autres candidats, pour qui j'ai le plus profond respect, et tous ceux qui n'ont pas voté pour moi cette fois. Je travaillerai avec vous et pour vous dans les années qui viennent et veux gagner votre confiance. Je connais les responsabilités qu'implique la fonction de président du CIO. Cela me rend humble. Je veux diriger le CIO selon ma devise "l'unité dans la diversité". Je veux être votre président à tous. Aussi ferai-je tout ce qui est en mon pouvoir pour concilier les différents intérêts des partenaires du Mouvement olympique. C'est la raison pour laquelle je veux vous écouter et dialoguer avec vous. Sachez que ma porte, mes oreilles et mon cœur vous seront toujours ouverts".

Lire l'intégralité du discours ici.

Consulter sa biographie et le programme de Thomas Bach.

Le nouveau président succède à Jacques Rogge, dont le mandat de 12 ans à la tête du CIO s'achève officiellement à la fin de la 125e Session du CIO. Le président est élu par les membres du CIO à scrutin secret pour un mandat de huit ans, renouvelable une fois pour quatre ans.

La lutte est admise au programme olympique des Jeux de 2020 et 2024
La décision a été prise par les membres du Comité International Olympique (CIO) réunis à l'occasion de leur 125e Session à Buenos Aires. Un peu plus tôt dans la matinée, les membres s'étaient prononcés en faveur des 25 sports qui constitueront le noyau de sports principaux pour les Jeux de 2020 dont l'organisation a été confiée hier à Tokyo.

La Fédération Internationale des Luttes Associées (FILA), la Confédération mondiale de baseball et softball (WBSC) et la Fédération mondiale de squash (WSF), toutes trois sélectionnées en mai dernier par la commission exécutive du CIO après un examen approfondi mené par la commission du programme olympique, ont fait une présentation à la Session. La lutte a obtenu la majorité des votes émis au premier tour de scrutin.

"Je tiens à adresser mes sincères félicitations à la Fédération Internationale des Luttes Associées, a déclaré le président Jacques Rogge. La lutte a fait preuve d'une formidable passion et d'une volonté inébranlable au cours des derniers mois. La FILA a pris toute une série de mesures pour moderniser et améliorer son sport, dont l'entrée d'un plus grande nombre de femmes et d'athlètes au sein des instances décisionnaires, une modification de ses règlements pour rendre son sport plus attrayant et plus facile à comprendre, et une augmentation du nombre des compétitions féminines. Nous sommes satisfaits de la façon dont la FILA a réagi et heureux d'accueillir la lutte au programme olympique de 2020 et 2024."

Dans le but de contrôler la taille, le coût et la complexité des Jeux, il a été décidé en 2002 de limiter comme suit le programme olympique : 28 sports, 300 épreuves environ et 10 500 athlètes. Il a également été décidé de procéder à une analyse systématique du programme après chaque édition des Jeux afin de contribuer à son rajeunissement tout en assurant sa cohérence et sa continuité. Le concept d'un noyau composé de 25 sports principaux, que pouvaient compléter trois sports additionnels au maximum, a été adopté en 2007. Deux ans plus tard, le golf et le rugby à sept étaient admis au programme des Jeux Olympiques de 2016 à Rio et de 2020.

Le CIO choisit Tokyo pour l'accueil des Jeux Olympiques d'été de 2020
Le Comité International Olympique (CIO) a confié aujourd'hui l'organisation des Jeux de la XXXIIe Olympiade en 2020 à Tokyo, laquelle l'a emporté sur les deux autres villes en lice, Istanbul et Madrid, après deux tours de scrutin.

Tokyo a obtenu 60 voix contre 36 pour Istanbul après une égalité au premier tour entre Madrid et Istanbul. Tokyo, qui s'était également portée candidate à l'organisation des Jeux Olympiques de 2016, a déjà accueilli la manifestation olympique en 1964.

"Félicitations à Tokyo pour son élection en tant que ville hôte des Jeux Olympiques de 2020", a déclaré le président du CIO, Jacques Rogge, dont le mandat arrive à échéance le 10 septembre après 12 années passées à la tête du CIO. "Tokyo a présenté, et ce dès le départ, une candidature extrêmement solide sur le plan technique – et il le fallait face aux dossiers de haute facture d'Istanbul et de Madrid. Les trois villes auraient toutes été capables d'organiser d'excellents Jeux en 2020, mais c'est finalement la candidature de Tokyo qui a le plus séduit les membres du CIO, en les invitant à "découvrir demain" à travers des Jeux bien organisés et sûrs qui renforceront les valeurs olympiques tout en démontrant les avantages du sport à la nouvelle génération."


Source : CIO




Moteur de Recherche