Actualité >

Sentez-vous sport : le monde du sport se mobilise

Le 24/09/2014

Dans le cadre de la semaine « Sentez-vous sport », Denis Masseglia, le président du CNOSF, et les membres de la Dream Team RMC Sport prennent la parole en faveur du développement de la pratique sportive en France.



Denis Masseglia, président du CNOSF

« C'est une philosophie. Comment être meilleur soi-même en pratiquant un sport de manière appropriée et régulière ? Si on est meilleur soi-même, on est meilleur dans la société dans laquelle on vit. « Sentez-vous sport », ça s'applique aux jeunes qui sont scolarisés, à ceux qui travaillent en entreprise, à ceux qui sont malades… C'est une philosophie très générale. Si demain, tout le monde se mettait à pratiquer un sport, le trou de la sécurité sociale serait en partie résorbé. Et on aurait une société un plus optimiste et dynamique. C'est un vrai enjeu de société. J'aimerais qu'on en fasse une vraie cause nationale.

Il y a 175 000 clubs en France qui peuvent accueillir tous les publics, à tous les âges de la vie, pour toutes les pratiques. Il y a une sensibilisation à faire auprès de tous, et en particulier auprès des jeunes. Il y a un jeune sur trois qui ne fait pas de sport en club aujourd'hui. Ça veut dire qu'on se prépare une société plus difficile pour demain. Si on ne permet pas aux jeunes d'acquérir un certain nombre de repères que la pratique sportive permet d'acquérir, on passe à côté de quelque chose. On a à faire passer le message de l'intérêt de pratiquer un sport. »

« Un chef d'entreprise n'ira jamais contre le fait qu'il puisse y avoir une pause-tabac pour les salariés qui sont habitués à aller fumer une clope sur le trottoir. Si on fait le compte du temps passé dans la semaine à fumer une clope sur le trottoir, on s'aperçoit que ça représente deux à trois heures. Ce temps pourrait être donné aux salariés pour faire du sport. Ça peut améliorer la santé et la motivation. »

Thomas Lombard, membre de la Dream Team RMC Sport

« Aujourd'hui, on a des clubs en France mais il y a un problème de structure. Il y a de plus en plus de demandes chez les enfants, mais les capacités restent les mêmes. Il manque des éducateurs. Du coup, les enfants en font de moins en moins sur des séances d'une heure. Il y a un problème sur lequel il faut se pencher. Quand on voit que pour inscrire un gamin à l'école de rugby, il faut qu'il passe des tests et qu'on ne prend que les meilleurs, c'est aussi un problème. »

Olivier Giraud, membre de la Dream Team RMC Sport

« Le problème aujourd'hui, c'est l'accueil. La ville de Paris ne peut par exemple plus accueillir d'enfants en plus parce qu'il y a un problème de structures et de construction d'espaces pour pouvoir faire du sport. Le sport pour tous, c'est bien, mais il faut avoir des moyens. L'école a aussi un rôle à jouer. Moi, j'ai fait du sport par l'école. C'est mon prof de sport qui m'a donné envie de faire du handball. Quand je vois qu'on enlève de plus en plus d'heures de sport à l'école, à quel endroit on va donner envie aux gamins de pratiquer un sport ? »



Source : BFMTV



Moteur de Recherche