EMPLOI >

La qualité de l'emploi dans les associations : quels enjeux dans un contexte de crise ?

Le 18/03/2015

L'emploi associatif a connu une croissance très dynamique ces dernières années.
1.8 million de salariés travaillent aujourd'hui dans les associations, un volume d'emploi qui a été multiplié par trois en trente ans. Depuis les années 1980, cette professionnalisation rapide a conduit à la structuration des employeurs associatifs, à la constitution de branches professionnelles, à la reconnaissance de nouveaux métiers, associés à des formations spécifiques et des compétences référencées.

Les emplois associatifs correspondent à des métiers d'avenir amenés à se développer fortement dans les prochaines années. Ils sont très concentrés dans les métiers de services à la population, relationnels et de proximité. Leur développement est porté par des besoins sociaux élevés, liés notamment au vieillissement et à la croissance démographique dynamique, mais aussi par des enjeux de transition écologique et une demande sociale toujours plus forte de loisirs récréatifs et culturels.

Parce que leurs emplois permettent de concilier nécessité de travailler et engagement d'utilité sociale, les associations se doivent d'offrir un haut niveau de bien-être social à leurs salariés. La qualité de leurs emplois étant aussi une condition de qualité du service rendu aux usagers.
Pourtant, le contexte actuel de crise et de tension budgétaire fait peser des risques sur les conditions d'emplois des salariés associatifs. La concurrence accrue avec des structures commerciales, notamment dans la réponse aux marchés publics, le développement de logiques gestionnaires et la raréfaction des ressources corrélée à une hausse de besoins sociaux ont des impacts sur les conditions et les situations de travail. Ces contraintes budgétaires nouvelles qui affectent la relation entre associations et pouvoirs publics peuvent induire davantage de flexibilité et des incertitudes sur le contenu du travail dans les associations.

Ce contexte n'empêche cependant pas l'émergence de bonnes pratiques d'employeurs associatifs, qui parviennent à faire reculer ces contraintes en mettant en place des expérimentations innovantes pour faire progresser la qualité de vie au travail de leurs salariés ou leur procurer des conditions d'emplois pérennes et sécurisées. Ces bonnes pratiques sont facilitées par les atouts d'un modèle associatif porteur de valeurs collectives de coopération, d'engagement et d'utilité sociale, qui se traduisent par des conditions de travail plus satisfaisantes qu'ailleurs1. Dans un contexte budgétaire tendu, elles permettent aux employeurs de retrouver les marges de manœuvres nécessaires à la progression des conditions d'emploi. Elles méritent donc d'être identifiées et diffusées.






Source : Le mouvement associatif



  • EMPLOI >
  • Accompagnement collectif régional 2018 : pour les structures de l'ESS employeuses de contrats aidés PEC
  • Créer un emploi dans une association sportive : vidéo en ligne
  • Portrait statistique de l'emploi sportif
  • Cotisations sociales : qui peut bénéficier des assiettes forfaitaires ?
  • Les contrats aidés deviennent "Parcours emploi compétence"
  • Dispositifs d'aide à l'emploi : quels impacts sur la qualité de l'emploi dans les associations sportives ?
  • Emplois aidés dans le sport : le CNDS conteste les conclusions de l'IGJS
  • Dispositif Impact Emploi : vidéo en ligne
  • Moteur de Recherche