ACTUALITES DEVELOPPEMENT DURABLE >

Sport et environnement : Si nous changions de paradigme ?

Le 01/04/2015

Sport, environnement et développement durable. La question du lien entre ces notions est souvent posée. Mais poser cette question c'est oublier que nous faisons partie d'un ensemble, d'un système économique, social, culturel et, puisque nous parlons là d'environnement, d'un écosystème. Nous prenons conscience que nous sommes dépendants de ce dernier. L'air que nous polluons est l'air que nous respirons, l'eau que nous rejetons est l'eau que nous buvons, les sols que nous utilisons sont les sols qui produisent notre nourriture et la biodiversité qui nous entoure est la biodiversité qui fait vivre notre écosystème. Parallèlement à cette approche systémique plusieurs constats s'imposent à nous. D'abord les ressources naturelles et la résilience de notre planète sont limitées. Cela veut dire concrètement que nous « consommons » les ressources naturelles plus vite que leurs capacités à se renouveler. Au-delà des problèmes environnementaux que cela pose, ce constat met en exergue le manque d'intégration du coût environnemental dans nos systèmes économiques et financiers. En effet le fait de considérer à la fois le taux de renouvellement des ressources naturelles et la résilience aux pollutions de manière limitée revient à considérer que nous disposons d'un « stock » (ou d'une « capacité ») limité qu'il convient de gérer et de réguler à l'échelle mondiale. La question de l'estimation de la valeur de ce « stock » et de son intégration dans nos systèmes économiques reste entière. Ensuite les enjeux environnementaux (émissions de gaz à effet de serre, mmmmmmmmmmmles pollutions, la perte de biodiversité etc.) ne connaissent pas de frontières. Nous pouvons territorialiser les sources des nuisances mais difficilement leurs conséquences. Les enjeux climatiques en sont la parfaite illustration. Une coopération de tous les Etats du monde est donc nécessaire. C'est l'objectif de la conférence mondiale sur le climat COP21 à Paris en 2015. L'expression populaire : « Nous sommes tous dans le même bateau » prend alors tout son sens. De la même manière qu'un navigateur doit entretenir son navire, gérer et économiser ses réserves d'eau, de nourriture et d'énergie s'il souhaite réaliser sa traversée, nous devons apprendre à préserver les ressources naturelles de notre planète. Au-delà de ce discours engagé, une approche stratégique du sujet devient incontournable. 73 % des Français considèrent que la priorité du gouvernement doit être d'orienter l'économie vers des activités industrielles qui préservent l'environnement . 71% des Français pensent que les acteurs du sport ont un rôle à jouer dans la protection de l'environnement . Que nous le voulions ou non la préoccupation environnementale augmente chez les citoyens / pratiquants sportifs. Au même titre que l'engouement vers les nouvelles technologies et l'hyper connectivité, la prise en compte de l'environnement devient une attente sociale de fond qu'il convient de suivre et d'exploiter comme une nouvelle source d'opportunités et de différenciations.
Le rôle du sport dans tout cela ?

Nous pouvons aborder le rôle du sport sur le sujet par plusieurs angles. D'abord, dans la suite de la réflexion précédente, le sport, comme n'importe quel secteur de notre société, a une responsabilité à assumer. Il doit prendre en compte les impacts environnementaux dans ses activités et les réduire. Ensuite le sport, par les valeurs d'exemplarité et d'éducation qu'il véhicule, peut et doit jouer un rôle dans cette prise de conscience et dans le changement de comportement. Il a le pouvoir de changer nos modes de fonctionnement de manière durable et profonde. Puis, de manière plus prospective, les acteurs du sport doivent anticiper des mmmmmmmmmévolutions. Les nouvelles attentes des pratiquants, les réglementations futures, les pressions sur les sites de pratiques, l'acceptabilité du coût environnemental dans l'organisation des événements sportifs etc. sont autant d'évolutions à accompagner. Et enfin le sport peut être source de solutions. Par sa capacité à canaliser les dynamiques et les moyens, le sport peut être un acteur responsable et positif sur les enjeux environnementaux. Le sport comme moyen de transport doux, le sport comme source d'innovation notamment dans l'écoconception des bâtiments, le sport comme vitrine des savoir-faire écoresponsables etc.
Gérer ou ne pas générer ?

Deux approches sont possibles lorsque nous parlons d'intégration des enjeux environnementaux dans une activité. La première consiste à optimiser et améliorer nos modes de fonctionnement au regard de l'environnement. La deuxième consiste à repenser et éco-concevoir l'activité dans son organisation même. L'exemple le plus flagrant est l'intégration de l'éco-responsabilité dans l'organisation d'un événement sportif. Traditionnellement et assez naturellement les organisateurs intègrent les notions d'éco-responsabilité en mettant en place des actions ou systèmes organisationnels « éco responsables ». Donnons pour exemple la mise en place de tri des déchets ou la mise en place de navettes collectives. Bien que cette première approche soit pertinente, repenser ou éco-concevoir sa manifestation permet une prise en compte des enjeux plus approfondie. Il s'agit là, si nous reprenons nos exemples, de concevoir l'événement sportif afin qu'il ne génère pas ou peu de déchets ou de déplacements (ou que le maximum de déplacement puissent être mmmmmmmmmfait en mode de transport doux). Nous passons d'une éco-gestion consistant à gérer les impacts générés à une écoconception consistant à construire un événement générant peu d'impact. Bien évidemment les deux concepts ne s'opposent pas mais se complètent. Nous devons gérer ce que nous n'avons pas réussi à ne pas générer. Lorsque nous rajoutons la notion d'héritage, l'écoconception prends alors une place encore plus importante. L'héritage (infrastructures sportives, identités/notoriété d'un territoire, développement d'un pratique etc.) n'est pas positif de fait. Il nécessite d'avoir été pensé sur le long terme et adapté aux spécificités du territoire. L'exemple le plus classique est celui des infrastructures sportives mal conçues et mal dimensionnées aux besoins post événements. L'écoconception permet de rendre le projet économe et responsable dans le temps, autant dans la gestion que dans son exploitation. Un héritage se pense avant, se construit pendant et s'exploite et se valorise après.
Le gagnant / gagnant de la RSE/RSO

La Responsabilité Sociétale des Entreprises ou des Organisations (RSE/RSO) est une déclinaison managériale d'une démarche de développement durable. Elle doit s'aborder sous l'angle de l'opportunité et du gagnant/gagnant et non sous l'angle de la contrainte. Ce rapport Gagnant/gagnant se concrétise d'une part par l'apport positif de l'entreprise ou de l'organisation pour la société sur les trois dimensions du développement durable et, d'autre part, par la dynamique et la démarche qualité interne à l'entreprise. Autrement dit, c'est en assurant une (éco-) responsabilité sociétale de l'entreprise ou de l'organisation que celle-ci assurera une amélioration notable de son activité aussi bien en interne qu'en externe. Plus spécifiquement, les enjeux environnementaux sont une formidable opportunité de renouvellement et d'optimisation pour le sport. Les JO London 2012 estiment qu'entre les économies faites en optimisant les ressources et achats, les opportunités partenariales supplémentaires et surtout le coût du risque de l'inaction, une démarche de développement mmmmmmmmmdurable est une opportunité financière considérable (environs un bénéfice supplémentaire de 5% du budget global selon David Stubbs Responsable de la durabilité pour Londres 2012 ). La prise de conscience des enjeux environnementaux s'opère de manière profonde et durable mais ne se traduit malheureusement pas forcément par un changement de comportement. Le sport peut devenir un acteur prépondérant dans cette nécessaire évolution de notre société. Les infrastructures sportives façonnent nos territoires, nos pratiques sportives, orientent nos comportements. Notre expérience sportive fait notre vécu et les grands événements accélèrent nos dynamiques de projets. Le sport a toujours été un élément important dans notre société. Il peut contribuer à changer le monde. Définissons le monde que nous voulons et mettons le sport au service de ce projet commun. C'est là le rôle sociétal que le sport et chaque acteur du sport peut et doit jouer.
Maël Besson
Mission Sport et développement durable, Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports





Source : Sport et Citoyenneté



  • ACTUALITES DEVELOPPEMENT DURABLE >
  • Vidéo : Sensibilisation aux 15 engagements éco-responsables des organisateurs d'événements sportifs
  • L'outil d'aide à l'optimisation des déplacements dans les rencontres sportives
  • Paris 2024 dévoile sa stratégie « zéro déchet » de manière décalée et ludique
  • Semaine européenne du développement durable 2017 : l'appel à projets est ouvert
  • Sport Développement Durable : L'année 2016 en chiffres
  • Fiches acteurs : les fédérations engagées dans le développement durable
  • Sport et développement durable, ça peut matcher !
  • Dossier : Paris 2024, des jeux durables
  • Moteur de Recherche