Actualité >

Paris se lance pour 2024 !

Le 25/06/2015

Mardi 23 juin 2015, à midi, les sportifs français ont lancé officiellement la candidature de Paris pour l'organisation des Jeux Olympiques 2024. Cette annonce a été placée sous le signe du digital par la création du compte Twitter officiel de la candidature @Paris2024 pour permettre à chacun d'apporter son soutien à cette candidature et de le faire savoir !


Soutenez la candidature de Paris avec le hashtag



Retour sur le lancement officiel de cette candidature

Pour qui fréquente régulièrement le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), pour qui a connu les affluences des fameux J-100 réunissant athlètes et médias pour une soirée préalable aux Jeux Olympiques, pour qui suit depuis des années l'actualité institutionnelle du mouvement sportif national, la foule réunie à la Maison du sport français en ce 23 juin 2015 relevait de l'inédit. Jamais, le 1 avenue Pierre de Coubertin, pourtant habitué de ces grands rendez-vous, n'avait accueilli une assistance si nombreuse, si dense, si unanimement enthousiasmée par une même motivation. Tous, qu'ils soient sur scène, à l'instar du président du CNOSF, Denis Masseglia, du président de l'Association Ambition olympique et paralympique, Bernard Lapasset, ou sur un parvis faisant office de plateau TV, avaient conscience de participer à un moment historique. Quiconque a vécu ces instants a enrichi son album de souvenirs mêlant pêle-mêle brouhaha et cris de joie, annonce libératoire et images à jamais gravées, entre un sourire furtif échangé avec Marie-José Pérec ou une main sur l'épaule posée par un Teddy Riner fendant la foule.

Il faut dire que, même pour les plus aguerris, la présence d'une centaine de grands champions tous plus expansifs les uns que les autres ne faisait que renforcer ce sentiment, comparable à celui qui étreint la foule dans la seconde précédant l'élan d'un tireur de tir au but ou le coup de feu d'un 100m olympique. Car, s'il y a bien une analogie à trouver, celle d'un départ est la plus de circonstance. Le quotidien L'Equipe ne s'y trompe pas qui évoque un hall de gare un 14 juillet, prenant un peu d'avance sur la suite des événements...

Car de départs, il fut bien question en cette Journée Olympique, célébrée tous les 23 juin dans le monde par, a minima, une course grand public rendant hommage à la création du Comité international olympique en 1894.

Départ annoncé par Guy Drut, tout d'abord, de la présidence de l'Association des Olympiens français, qu'il a fondée en 2002. En clôture de l'Assemblée générale de l'association réunie en début de matinée, déjà à la Maison du sport français, déjà avec une cinquantaine d'Olympiens, le champion olympique et membre du CIO a en effet transmis le flambeau à Edgar Grospiron, qui lui succèdera le 25 septembre prochain à l'occasion d'une prochaine assemblée.

Accompagné d'Alain Calmat et du membre du CIO pour la France Tony Estanguet, le champion olympique de ski de bosses 1992 a d'ailleurs remis les épinglettes olympiques à l'équipe de France de football olympique médaillée d'or en 1984 à Los Angeles.

Départ ensuite non pas d'un 100m, mais d'un marathon, celui de la candidature de Paris à l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. Un départ en fanfare donc, devant un parterre d'athlètes venus de toute la France, à commencer par l'INSEP bien sûr qui avait affrété un bus pour l'occasion, mais aussi du bout du monde, à l'instar du basketteur NBA Nicolas Batum, que l'on avait vu heureux comme un enfant qui rentre dans un magasin de bonbons lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres.

Un départ numérique par ailleurs, les comptes Twitter de nos champions étant mobilisés à l'issue d'un compte-à-rebours, pour envoyer le tweet de lancement, puis manifestant leur adhésion à leur manière en postant des messages de soutiens, parfois sous forme de clins d'œil de l'histoire, à l'exemple de la vidéo postée par Paul-Henri Matthieu depuis Wimbledon.

Ce coup d'envoi, déclenché par la journaliste Alexandra Sublet après des interventions, entre autres, de Bernard Lapasset, et Tony Estanguet, vice-président de l'Association Ambition olympique et paralympique, lance donc une course à étapes qui connaitra à l'été 2017 une ligne d'arrivée espérée comme un nouvel élan. C'est en effet lors de la Session qui se tiendra alors à Lima (Pérou), que le CIO désignera la ville organisatrice des Jeux 2024 et relancera cette dernière pour 7 nouvelles années de mobilisation destinées à préparer l'événement.

Comme l'a précisé Bernard Lapasset, le projet olympique s'inscrit dans une ambition à 9 ans, celle de « construire pour une nouvelle génération, la génération 2024. »

Départ enfin pour les quais de Seine, où les sportifs mobilisés, de Renaud Lavillenie à Jason Lamy-Chappuis, de Daniel Narcisse à Marion Bartoli ou Gwladys Épangue, toute récente médaillée d'or aux Jeux Européens de Bakou, ont retrouvé 150 enfants parisiens, de cette génération qui aura 20 ans lors des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024.

En contrebas du musée d'Orsay, les enfants ont pu rencontrer sportifs et institutionnels, au premier rang desquels, évidemment, Anne Hidalgo, maire de Paris, Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France, Patrick Kanner, ministre de la Jeunesse et des Sports, Thierry Braillard, secrétaire d'État aux Sports, Emmanuelle Assmann, présidente du Comité paralympique et sportif français ou Denis Masseglia, président du CNOSF.

Ce moment privilégié, immortalisé par une photo collective porteuse d'espoir, s'est achevé, comme la dernière page du précédent album souvenir par l'inauguration d'une exposition de photographies des athlètes français en action.

Un nouvel album est désormais ouvert. A nous tous de le remplir.



Bernard Lapasset

La date du 23 juin est importante pour nous. C'est un symbole : c'est la Journée Olympique, célébrée partout dans le monde aujourd'hui. Il est important pour nous de montrer notre attachement aux valeurs de l'Olympisme, de donner du sens à notre projet, d'apporter notre ambition au cœur de l'Olympisme. C'est important d'avoir cette référence commune avec tous ceux qui sont présents avec nous aujourd'hui.
Le projet est aujourd'hui guidé par quelque chose de fort. Nous sommes portés par un évènement qui doit s'apprécier non pas sur 17 jours de compétition olympique et 11 jours de compétition paralympique mais sur neuf ans. Neuf années durant lesquelles on va bouger, on va remuer, on va amener les gens à venir s'intéresser au sport, rentrer dans le milieu associatif, dans les écoles « la génération 2024 ». C'est ça notre ambition. Je suis heureux qu'aujourd'hui nous ayons rassemblé les éléments essentiels à cette candidature. C'est le rassemblement qui nous fera gagner et il faudra pour cela à la fois innover, vibrer, gagner.


Denis Masseglia

Ce qui est important aujourd'hui c'est la manière avec laquelle la candidature a été lancée, le fait qu'il y ait autant d'athlètes, avec un symbole intergénérationnel, avec une envie, une volonté, une forme d'ambition partagée qui était visible et qui va donner une force collective à tous.


Marie-José Perec

Les Jeux, c'est la jeunesse. Pour les jeunes, ça peut être un projet incroyable. Pendant 9 ans on peut donner aux jeunes un cap, ils vont rayonner. Ils auront un objectif pendant toutes ces années. Que peut-on offrir de mieux à notre jeunesse aujourd'hui ? Tous ensemble, offrons à la jeunesse cette belle fête !



Anne Hidalgo

En se déclarant candidate pour l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, Paris va au-devant de son avenir tout en étant fidèle à son Histoire. Un siècle après les Jeux Olympiques de 1924, c'est une nouvelle aventure collective qu'il s'agit d'écrire ensemble


Teddy Riner

Si nous sommes là aujourd'hui c'est parce que nous sommes derrière ce projet, nous y croyons. Si je suis là, c'est parce que j'ai envie de gagner ces Jeux 2024 ; pour la France pour la relève, parce qu'ici il y a des vieux mais aussi des jeunes. Ce sera votre tour en 2024, donc, nous tous ici, nous allons nous dépasser, nous tenir la main pour aller décrocher cette organisation des Jeux 2024. En tous cas moi j'y crois ; maintenant il faut agir !


Tony Estanguet

Les Jeux, ce sont tellement d'émotions. On veut tous vivre ces moments magiques. Les Jeux restent le plus gros évènement planétaire. Pour un pays comme la France d'aujourd'hui, on doit utiliser un évènement comme celui-là pour porter notre ambition. On a tellement de talents, on a tellement de belles et fortes émotions qu'il faut réussir à les sublimer à travers un projet tel que l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques.

Cela fait plaisir de voir que les sportifs français se sont mobilisés aujourd'hui. Ça fait vraiment plaisir de partager ces moments-là tous ensemble. Quel pied de vous voir tous là ! Certains se sont libérés d'autres ne sont pas là mais ont souhaité exprimé leur soutien. On a une communauté d'athlètes incroyables que l'on va mobiliser. On compte énormément sur le réseau des athlètes parce qu'ils sont compétents pour parler des Jeux. On va les utiliser pour concevoir le meilleur dossier, le dossier gagnant, les mobiliser aussi pour partager ce dossier avec la population française et travailler sur la dimension internationale.




Source : CNOSF



Moteur de Recherche