Actualité >

Retour en images sur la soirée Sport Entreprises du 3 novembre 2016

Le 30/11/2016

Jeudi 3 novembre 2016, plus d'une centaine d'entreprises et de structures sportives de la région se sont retrouvées pour la soirée de lancement du club d'entreprises Konvergens dans le cadre exceptionnel offert par le Château Ricard à Marseille.





Après avoir partagé un premier verre offert par la société Ricard, les représentants des entreprises de la région se sont prêtés au jeu de la séance photo aux côtés du Champion Olympique de canoë kayak slalom, Denis GARGAUD, pour apporter leur soutien à la candidature de Paris pour l'organisation des Jeux Olympiques 2024.

Photos de soutien des participants à la candidature de Paris 2024


Un temps d'échange a ensuite été consacré à Denis GARGAUD pour évoquer son expérience olympique et son quotidien d'entrepreneur. Dès les premiers instants, les participants ont pu s'immerger dans la peau du champion olympique en revivant sa descente finale et son podium lors des Jeux Olympiques de Rio 2016. Comme si on y était, au travers de son vécu, Denis GARGAUD est revenu sur son rêve Olympique.

« A quelques minutes du départ je pense que j'étais comme un gamin qui attend d'aller voir sous le sapin s'il y a des cadeaux. En fait depuis que je suis enfant je rêve de ça. Il y a une pression c'est sûr. Il y a beaucoup d'enjeu, ça peut changer ma vie, je le sais. Mais sur le moment même si on le sait et ça fait partie de l'environnement, on ne pense pas à ça. On pense au projet. On a un projet, on est au bout du projet, il ne faut pas le rater. Qu'est-ce qu'on doit faire ? Pour ne pas le rater il faut penser à son projet, à la technique, à l'opérationnel. L'opérationnel c'est finalement très prenant et ça permet, si on est vraiment concentrés sur ce qu'on fait de laisser autour de nous tout ce qu'il a d'accessoire. La victoire est accessoire quand on cherche la performance. »


La quête de performance est un élément important pour Denis GARGAUD qui revient sur cet aspect lorsqu'un entrepreneur lui demande ce qu'il se passe dans sa tête après sa descente finale lorsqu'il attend que tous ses concurrents passent à leur tour.

« Ce sont des minutes et des heures et à la fois c'est passé très vite. Quand on le vit sur le moment c'est très long. Mais de toute façon j'étais déjà heureux parce que j'étais venu chercher une performance et la performance je venais de la réaliser. Je savais que j'étais sur le podium. J'avais ma récompense. Gagner c'était pas la petite cerise sur le gâteau mais c'était accessoire parce que j'avais réussi mon projet et quand on vit pour réussir ça et qu'on arrive à le faire, qu'on en rêve pendant des nuits, des années et qu'on arrive à le réaliser le jour J, cette minute est jouissive. »


Après ce retour sur son parcours sportif, les questions se sont tournées vers l'activité d'entrepreneur du champion olympique et sa genèse.

« J'ai toujours considéré ma carrière comme une entreprise. J'ai toujours eu la vision à long terme. C'est-à-dire que pour réussir dans le futur il faut s'investir maintenant pour que ça paye plus tard. Ce qui est un petit peu la démarche des entrepreneurs. A un moment donné où je m'ennuyais dans mon sport, où j'avais du mal à renouveler cette motivation, après mon titre de champion du monde je me suis dit qu'il fallait que je trouve une autre passion. Et j'ai trouvé une passion en rencontrant des entrepreneurs de la région. Quand je les ai rencontré je leur ai dit : moi un jour j'aimerai être comme vous. Quand je serai grand, je veux faire ça [entrepreneur NDLR]. Eux me disaient : « mais tu ne te rends pas compte de la complexité du truc. Fais du sport c'est très bien. » Et puis j'ai eu une idée un jour d'améliorer un concept de gel énergétique. Têtu comme je suis, je suis allé au bout. Ça m'a amené à créer une première société, à investir puis à acheter une marque avec mon associé Grégoire DANDRES. »


C'est à ce moment que Denis GARGAUD a déconstruit certaines croyances qui sont partagées par un grand nombre de personnes sur la relation entre le sport et l'entreprise :

« Si je suis devenu champion olympique c'est parce que je suis entrepreneur à côté. Mon entreprise et mon parcours sportif sont liés. Je dois réussir les deux. Pour ça j'ai essayé de faire des transferts entre le sport et mon activité professionnelle. J'y ai trouvé du sens, des passerelles, qui m'ont aidé dans les deux sens. »


Puis, il est revenu sur ce qui est pour lui une des clés dans sa pratique sportive et dans l'entreprise : l'adaptation.

« C'est très dur d'anticiper quelque chose qu'on ne voit pas. On peut prévoir des situations diverses qui vont arriver mais on ne sait pas laquelle va arriver. Je pense que la clé justement c'est l'adaptation. C'est savoir réagir au bon moment, au bon endroit et dans la bonne direction. Dans l'entreprise c'est hyper important. Je pense que c'est encore plus vrai que dans le sport. Sur le sport on peut préparer. C'est très minuté, très préparé. Il y a des choix qui sont finalement assez restreints. On sait qu'il va se passer certaines choses à certains endroits. L'entrainement c'est l'habitude, la répétition. On est capable pour le coup d'anticiper et l'adaptation est plus facile. Dans l'entreprise je crois que le panel d'intervenants est beaucoup plus complexe, il y en a beaucoup plus. C'est plus dur d'anticiper. L'adaptation est encore plus clé. »


Enfin, lorsqu'on lui demande quels conseils ils donneraient aux entrepreneurs qui sont au quotidien dans le brouillard et qui regrettent un manque de soutien de la part des diverses institutions, Denis GARGAUD répond :

« Je crois que quand il n'y a personne qui nous aide, il vaut mieux s'aider soi-même. C'est un peu le cas aujourd'hui. »


Pour clôturer ce temps d'échange, c'est sur ces propos qu'Hervé LIBERMAN, élu au sein du Bureau du Comité Régional Olympique et Sportif, a rebondi pour présenter aux entreprises les enjeux du club d'affaires Konvergens : développer l'activité économique de notre région grâce à une relation gagnant-gagnant entre le monde du sport et le monde de l'entreprise.



Toutes les structures sportives de la région sont invités à participer à ce projet d'envergure qui a vocation à permettre au mouvement sportif régional de développer ses ressources financières de sponsoring.





Moteur de Recherche