Actualité >

2017-2024 : 8 scénarios pour imaginer le sport français de demain


Les Jeux Olympiques : la solution à tous les problèmes du sport français ?


La candidature aux JO 2024 soulève de fortes attentes dans le mouvement sportif.

Le comité exécutif du CIO a recommandé le 9 juin dernier une double attribution des JO 2024 et 2028 à Paris et Los Angeles. Il apparaît donc très probable que Paris aura les Jeux à l'une ou l'autre de ces dates. Les acteurs du sport français s'en réjouissent car, au-delà de l'événement lui-même, ces JO portent l'espoir d'un renouveau : augmentation de la pratique sportive, mise en valeur du sport dans la société française, accroissement des soutiens publics… On attend monts et merveilles de futurs JO parisiens !

L'héritage de Londres 2012 incite pourtant à une certaine prudence.

Les Jeux olympiques et paralympiques y furent magnifiquement organisés et ils ont contribué à l'extraordinaire dynamique britannique dans le sport de haut niveau. L'évolution de la pratique sportive a été plus décevante. Les Jeux devaient « inspirer une génération ». Mais aux belles paroles de la candidature ont succédé des coupes budgétaires drastiques dans le sport à l'école (- 180 M€ en 2011) et un manque de coordination entre l'organisation de l'événement et sa politique d'héritage pour le plus grand nombre. Au final, les Britanniques faisant du sport ne sont pas plus nombreux aujourd'hui qu'ils ne l'étaient en 2012… mmmmm

Concevoir et mettre en œuvre l'héritage de JO est nécessairement compliqué.

La préparation de l'événement lui-même mobilise (logiquement) beaucoup d'énergie et les synergies entre organisation et héritage ne sont pas toujours évidentes. La réussite de la première sollicite souvent des compétences très différentes de celles liées à la conception de la seconde. Les aléas extérieurs jouent aussi leur rôle. Le Royaume-Uni a obtenu les JO en 2005 avant que la crise de 2008 ne frappe durement son économie…

Malgré ces difficultés, les JO seraient l'occasion d'inventer des actions inédites.

La Ville de Paris et le Ministère des sports ont déjà travaillé – chacun de leur côté évidemment – à des plans d'héritage. Le sport français aurait surtout besoin d'un effort plus global pour stimuler son développement et l'aider à s'adapter à un environnement en mouvement constant. La création prévue d'une structure dédiée à l'héritage, en cas d'accueil des JO, est un très bon signal dans ce sens. Pour notre part, nous profitons de ce cahier « Après 2017 » pour concocter un petit exercice de politique-fiction et imaginer huit décisions collectives qui pourraient être prises chaque année, d'ici à 2024. En espérant éclairer quelques enjeux clefs et esquisser à quoi le sport français pourrait ressembler dans sept ans !


SOMMAIRE


JO : la solution à tous les problèmes du sport français ?
Point de vue : Jean-Luc Arassus, Président de la Fédération française de surf

2017 : une stratégie de développement pour l'ensemble du sport français
Point de vue : Julian Jappert, Directeur du Think tank Sport et Citoyenneté

2018 : une loi pour ouvrir les établissements scolaires aux associations sportives
Point de vue : Laurent Petrynka, Directeur national de l'UNSS

2019 : 60 après, un nouveau plan national pour les équipements sportifs
Point de vue : Guillaume Duflot, Vice-président d'Amiens Métropole

2020 : cinq smart cities françaises s'engagent dans le sport
Point de vue : Alain Loret, Professeur des Universités honoraire

2021 : le CNOSF lance le programme « 5 000 clubs sportifs de demain »
Point de vue : Nicolas Belloir, Président de la Fédération française de roller sports

2022 : investir dans une nouvelle génération de bénévoles
Point de vue : Laurence Garnier, Vice-présidente de la Région des Pays de la Loire

2023 : les grands équipements à financement privé prennent le large

2024 : la gouvernance du sport, un choix entre État et société civile ?


Le cahier thématique




Source : @ Olbia Conseil 2017



Moteur de Recherche